Catégories
Articles Maîtrise mentale

Comment guérir de l’anxiété sociale ?

C’est le weekend, et vous êtes invité par votre ami à une grosse soirée dansante dans un bar. Mais bizarrement, en pensant à son invitation, vous stressez énormément car non seulement vous ne connaissez pas ses amis mais vous avez surtout peur de leur regard et de ce qu’ils vont penser de vous. En fait, vous vous dites que vous ne saurez pas quoi leur dire car vous n’avez pas l’habitude de sortir en groupe. Vous commencez à avoir mal au ventre, et vous vous sentez mal et fatigué. 

Il est 21 heures, votre téléphone sonne. C’est votre ami qui vous appelle ! Vous décrochez, et vous lui dites avec une voix tremblante que vous n’irez pas à cette soirée car vous ne vous sentez pas bien. Il essaye de vous convaincre, mais pas la peine qu’il insiste car vous avez la trouille, et donc vous n’irez pas à cette soirée. 

Une demi-heure plus tard, votre état d’esprit change. Vous vous sentez mieux et vous décidez de vous connecter comme d’habitude sur Facebook au lieu d’aller rejoindre votre ami à la soirée.

Si vous vous sentez concerné par cette histoire, vous pourriez souffrir de l’anxiété sociale. L’exposition au regard et au jugement des autres peut vous mettre mal à l’aise et vous envahir.

Aujourd’hui, certains célibataires souffrent de l’anxiété sociale et ont du mal à en guérir. Dans cet article, vous aurez les clés pour surmonter votre anxiété sociale ce qui vous ouvrira les portes pour séduire les femmes inconnues que vous désirez. 

Qu’est-ce que l’anxiété sociale ?

L’anxiété sociale (ou peur des autres) correspond à une peur persistante d’une ou plusieurs situations où la personne est susceptible d’être observée voir jugée par les gens. Par conséquent, elle craint d’agir de peur d’être humiliée ou embarrassée par les autres.

Malheureusement, cette anxiété sociale peut priver un homme célibataire de faire des rencontres dans des soirées et séduire les femmes qui lui plaisent.

Les manifestations de l’anxiété sociale

Les manifestations physiologiques de l’anxiété sociale

Les manifestations physiologiques de l’anxiété sociale peuvent être de diverses formes. Souvent, les anxieux sociaux ressentent des palpitations et des maux de tête.

Avec l’angoisse, ils transpirent plus que d’habitude, ils ont mal au ventre et peuvent avoir la bouche et la gorge sèches. Les symptômes les plus redoutés de l’anxieux social sont ceux qui révèlent, contre sa volonté, sa nervosité. Ce qui va engendrer le rougissement, le bégaiement et les tremblements.

Le vrai problème de l’anxiété sociale c’est que les gens qui en souffrent auront tendance à se focaliser d’avantage sur ces manifestations physiologiques, ce qui a pour effet de les amplifier et donc d’augmenter le niveau d’anxiété.

Les manifestations comportementales de l’anxiété sociale

L’anxiété peut mener une personne dans l’ambarras où elle ressent de la gêne et de la honte. Cette anxiété sociale peut même se transformer en réelle panique.

La personne aura tendance à refuser directement ou de manière subtile les invitations, ne pas regarder les gens dans les yeux (par peur d’être observé ou jugée), ne pas prendre la parole ou ne faire que de brèves phrases.

Les personnes qui souffrent de cette phobie sociale ont des discours intérieurs négatifs avant, pendant et même après une situation sociale.

Avant une rencontre, ces personnes anticipent souvent les pires scénarios possibles. Une fois sur place, elles vont se concentrer sur leur malaise intérieur plutôt que sur la rencontre en cours.

De retour à la maison, elles vont répéter sans cesse le film de cette rencontre, recherchant leurs erreurs présumées et en amplifiant les conséquences de celle-ci.

Non seulement ces images mentales ainsi que ces discours intérieurs contribuent à augmenter l’anxiété et l’évitement relié à celle-ci, mais elles favorisent également l’échec sur le plan social.

La différence entre une personne qui a peur de l’avion et une personne qui a peur des autres est très nette. La personne qui a peur de l’avion ne va pas par ses pensées augmenter le risque d’écrasement de l’avion, alors que l’individu qui redoute les situations sociales va limiter ses interactions et va ainsi susciter moins d’intérêt chez les autres.

Apprenez à modifier vos pensées pour améliorer votre humeur

Modifiez vos pensées toxiques grâce à la grille de Beck

Voici une grille qui provient de la Thérapie Cognitive et Comportementale (TCC) élaborée par le psychiatre américain Aaron Beck pour aider ses patients à pointer du doigt les pensées dysfonctionnelles afin de mieux les analyser.

Ces pensées toxiques sont à l’origine dans notre cas de l’anxiété sociale. Les patients disposent ainsi d’un outil qui leur permet par eux-mêmes d’avoir une approche plus rationnelle et moins stérile de leurs problèmes.

Il s’agit de la grille de Beck constituée de 5 colonnes à remplir de gauche à droite (cliquez sur l’image pour agrandir).

fiche de Beck 5

Voici comment s’organise cette grille :

  • 1ère colonne : Situation

Dans cette colonne on décrit la situation qui a engendrée la contrariété. On inscrit uniquement des faits, mais jamais des pensées ou émotions ressenties. 

Par exemple, j’ai laissé un message téléphonique à cette femme mais elle ne m’a pas rappelée

  • 2ème colonne : Emotions

Dans cette colonne on décrit et on évalue (en %) le plus précisément possible les émotions ressenties lors de la situation. Les trois principales composantes d’une humeur négative sont : tristesse, colère et anxiété. On peut malgré tout en ajouter d’autres comme la frustration, le dégoût, la peur etc…

Par exemple, lorsque j’attends l’appel de cette femme qui me plaît je ressens la peur du rejet (70%).

  • 3ème colonne : Pensées automatiques

Dans cette colonne on liste toutes les pensées qui nous passent par la tête et qui nous rendent triste, en colère ou anxieux. On indiquera le niveau de croyance (en %) pour chaque pensée automatique.

Par exemple, lorsque je ressent cette peur du rejet je me dis “je pense que j’étais lourd lorsqu’on s’est rencontré” (60%).

  • 4ème colonne : Réponses rationnelles

Dans cette colonne on prend du recul par rapport aux pensées automatiques de la colonne précédente et on les analysent. Ensuite, on fera la liste des réponses rationnelles face à la situation qui a engendrée la contrariété. On indiquera le niveau de croyance (en %) pour ces réponses rationnelles.

Par exemple, j’attends toujours l’appel de cette femme qui me plaît mais “elle est sûrement occupée par son travail l’après-midi” (90%).

  • 5ème colonne : Résultat

Après avoir inscrit les pensées automatiques ainsi que les réponses rationnelles qui s’y rapportent, on évalue à nouveau les émotions ressenties en terme de tristesse, colère et anxiété. On indiquera également l’intensité de l’émotion (en %) après analyse, que l’on compare avec l’intensité de l’émotion de la 2ème colonne avant analyse.

Par exemple, maintenant je me sens rassuré même si elle ne m’a toujours pas rappelée (20%).

Vous pouvez appliquer cette technique pour comprendre la construction de vos pensées négatives qui vous ont mis dans l’état d’anxiété sociale. Ce qui vous aidera à modifier vos émotions et améliorer votre humeur une fois que la ligne de la grille a été complétement remplie et évaluée.

Remarque : Ce tableau de Beck est un outil comme tous les autres comportant des avantages, mais il a également ses limites. Il ne va donc pas faire disparaître définitivement toutes les contrariétés que vous pouvez rencontrer dans votre vie.

En revanche, il vous aidera à rationaliser le problème que vous pouvez rencontrer dans le cadre de l’anxiété sociale. Il conduira à une nette amélioration de votre humeur par rapport à une situation donnée que vous estimez difficile.

Modifiez vos images mentales négatives grâce à la PNL

Vous pouvez aussi combiner la grille précédente avec la technique PNL des sous-modalités visuelles.

Cette technique permet de modifier les images négatives que vous vous faites et donc les pires scénarios que vous anticipez dans votre tête d’une situation donnée.

Vous allez donc varier l’intensité lumineuse de la scène et répéter rapidement son éloignement afin de modifier votre état interne. Vous passez donc d’un état d’anxiété à un état de confiance juste en faisant disparaitre une image et en la remplaçant par une autre beaucoup plus positive.

Prenons par exemple une situation difficile que vous avez vécue récemment dans un environnement social qui vous a mis dans un état d’anxiété.

Vous n’arrivez pas à cesser le déroulement de ce film négatif qui tourne dans votre tête. Ce film vous met dans un état d’anxiété et vous vous sentez par conséquent relativement mal émotionnellement.

Voici comment vous allez jouer sur les sous-modalités visuelles de cette expérience que vous percevez négativement :

  • Étape 1 : concentrez-vous sur cette expérience négative provenant de votre esprit limitant et incorporez le film de cette expérience dans votre main droite. Changez maintenant les couleurs de ce film en noir et blanc. Ensuite, rendez les images du film plus sombre, brouillez-les, rétrécissez-les et éloignez-les de votre champ de vision en vous dissociant et en ne les regardant pas de vos propres yeux mais comme si vous regardiez un film sur un écran de cinéma.
  • Étape 2 : dans un deuxième temps, construisez l’expérience de rêve que vous souhaitez vivre dans votre main gauche et changez les sous-modalités visuelles. Agrandissez les images en les regardant par vos propres yeux, améliorez la luminosité, mettez plus de couleurs, rendez-les plus larges.
  • Étape 3 : Transférez le contenu de votre main droite dans votre main gauche. Ce transfert modifiera de façon durable l’expérience incluse dans votre main gauche, et cela peut créer une association entre 2 souvenirs différents.

Maintenant, si jamais les images de votre esprit limitant réapparaissent, remplacez-les instantanément par de nouvelles images colorées, lumineuses et larges de situations à succès que vous estimez positives pour vous. Cela vous aidera à améliorer votre humeur.

Faites ces exercices le matin juste après votre réveil ou la nuit avant de vous coucher, car c’est le moment où votre subconscient sera ouvert au changement. En répétant à plusieurs reprises ces exercices, vous arriverez à un point ou votre cerveau rejettera automatiquement les images négatives de votre esprit limitant. Ce dernier essaye de vous envoyer les mauvaises images lorsque vous allez rencontrer des gens.

Apprenez à interagir avec les autres

Savoir interagir avec les autres est une capacité fondamentale à acquérir pour vivre en société. Cette capacité se forge dès l’enfance, et elle continue à s’affiner progressivement tout au long de la vie au fur et à mesure des expériences vécues.

Il est donc évident que nous possédons tous des compétences sociales. Ces compétences se sont plus ou moins développées selon notre histoire personnelle, l’environnement dans lequel nous avons évolué, notre culture, l’éducation reçue par nos parents, nos centres d’intérêts.

Pour interagir avec les autres vous devez développer vos compétences sociales. Les compétences sociales regroupent plusieurs capacités tel que :

  • Exprimer correctement un message,
  • Écouter avec attention,
  • Créer un lien,
  • S’affirmer et savoir se faire respecter,
  • Gérer les conflits,
  • Poser les bonnes questions,
  • Raconter des histoires,
  • Être drôle,
  • Prendre la parole en public,
  • Interagir dans un groupe,
  • Se présenter etc…

Tout cela en gérant au mieux vos propres états émotionnels.

Apprenez à parler et à agir dans le sens de vos valeurs, de vos désirs et de vos objectifs dans le contexte d’une communication franche, riche et partagée.

Au travers de jeux de rôles, de cours d’improvisation théâtrale, d’apprentissage de techniques de conversation en lien avec un travail corporel, vous pourrez vous approprier progressivement ces compétences sociales.

Pour conclure cet article, je vous ai présenté deux moyens pour apaiser votre anxiété sociale :

  • un travail sur vos pensées mentales (modifications cognitives),
  • un travail sur vos interactions sociales (modifications comportementales).

Vous pouvez donc commencer dès maintenant à vous organiser afin de travailler sur les moyens d’apprentissage des nouvelles pensées et nouveaux comportements à adopter pour guérir de l’anxiété sociale. 

En revanche, si votre problème persiste malgré vos efforts c’est que votre problème d’anxiété sociale est très profond. Si vous n’arrivez pas à le régler, je vous conseille vivement de consulter un thérapeute ou un spécialiste de l’anxiété sociale qui vous aidera à résoudre efficacement votre problématique. 

Laissez-moi vos commentaires si cet article vous a plu ou si vous avez obtenu des résultats à la suite de l’application des techniques de cet article !

Livres recommandés

Simo

Par Simo

Simo White est coach de vie et expert en séduction pour les hommes. Il aide depuis plusieurs années les hommes célibataires à devenir la meilleure version d'eux même pour trouver la bonne petite amie et la garder.

6 réponses sur « Comment guérir de l’anxiété sociale ? »

très bon article mais vous n’avez pas mentionné par ou commencer ou quels sont les exercices à faire pour changer et devenir plus sociale pour s’affirmer ou être drole ….. donc j’aimerais bien avoir une bonne idée la dessus

Bonjour,
Dans l’article je vous donne les grands principes pour vous organiser et créer vos propres exercices à faire pour changer et devenir sociable que ça soit 1) pour des exercices liés au cognitif (grille de Beck ou PNL) ou 2) exercices de communication (cours d’impro ou de prise de parole en publique). Sinon, si vous voulez vous faire aider à mettre en place des exercices vous pouvez opter pour du coaching.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *